Le mortier : info et conseils pratiques

On fait du mortier en mélangeant un liant hydraulique et du sable, et en ajoutant de l’eau. Il existe différents types de mortiers selon le liant utilisé, et selon le dosage (sable/liant). La préparation du mortier doit tenir compte de sa destination.

Les différents mortiers

Les caractéristiques des mortiers varient selon le type de liant utilisé et l’utilisation projetée.

Les mortiers de ciment

Résistants et imperméables, ils prennent et durcissent assez rapidement-Leur plasticité est assez médiocre et l’application n’est pas très aisée. Ils se fissurent parfois en séchant.

Les mortiers de chaux

Très plastiques, onctueux, ils s’utilisent facilement et sèchent sans se fissurer. Ils sont peu résistants et perméables (ce qui peut être un avantage).

Les mortiers bâtards

Préparés à partir d’un mélange de ciment et de chaux, ils combinent les caractéristiques des deux précédents (en les accentuant plus ou moins selon les proportions).

Le sable

La finesse du sable est importante pour la qualité du mortier. Les mortiers destinés à l’enduisage sont préparés à l’aide d’un sable particulièrement fin. Pour préparer les mortiers ordinaires, on utilise du sable  » tout-venant » propre et débarrassé des boues. Il ne faut employer que du sable de rivière.

Le dosage

  • Un mortier bâtard ordinaire destiné au jointoiement des éléments maçonnés d’ un muret se répare en mélangeant un volume de liant (chaux et ciment) pour trois volumes de sable ; on ajoute 60 à 70 % du poids du liant en eau.
  • Les mortiers les plus riches en ciment sont utilisés pour monter les murs porteurs et pou r assembler les éléments lourds (moellons) .
  • La préparation des mortiers pour enduit est un peu particulière, surtout en ce qui concerne la couche d’accroche (riche en liant) et celle de finiton (avec du sable particulièrement fin) .

L’eau de gâchage

Utilisez de l’eau propre et potable (les eaux provenant de pièces d’eau peuvent contenir des sels ne convenant pas à la préparation). En général, il faut compter un poids d’ eau (ou un volume en litres) égal à 60 ou 70 % du poids du liant.

Le mortier doit être onctueux et tenir sans couler sur la truelle. Un mortier trop sec est grumeleux (il est peu résistant et a tendance à s’effriter) . Un mortier trop humide en revanche, a un retrait assez important. Lorsque l’on utilise un sable très fin, il faut augmenter légèrement la teneur en eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *