Monter un mur en brique

La maçonnerie en briques permet la réalisation de petits ouvrages (murets décoratifs, barbecues) qui donnent au maçon amateur la possibilité d’acquérir de l’expérience avant d’entreprendre des ouvrages plus audacieux.

Les briques pleines

Décoratives, les briques pleines restent le plus souvent apparentes. Il faut donc particulièrement soigner l’assemblage, la régularité des joints et l’alignement (il n’y a pas d’enduit pour masquer les erreurs) .

Les fondations

Un ouvrage en briques est assez lourd. Les fondations doivent être prévues en conséquence. Un muret ou une petite construction doit repose sur une semelle de béton coulée dans une tranchée ouverte dans le sol.

Les appareillages

La disposition des briques varie en fonction de l’épaisseur du muret construit et de l’effet décoratif recherché.

• Les briques sont le plus souvent posées à plat, dans la longueur (en panneresse) ou dans la largeur (en boutisse) ; elles sont plus rarement posées sur chant (cloisons intérieures).

• Les appareillages traditionnels (grec, flamand ou anglais) offrent la possibilité d’alterner les joints de manière régulière (ce qui évite de créer des zones de faible résistance). Ils permettent également de donner au mur une bonne cohésion interne (afin d’éviter la partition par le milieu) . La plupart des appareillages combinent les briques placées en panneresse et en boutisse.

La préparation des briques

• N’ utilisez que des briques propres, débarrassées de toute trace de boue ou de plâtre (ceci pour les briques de récupération) . Elles ne doivent pas être fêlées (elles rendent un son clair quand on les frappe du tranchant de la truelle). • Avant la mise en place, faites-les tremper quelques minutes dans un récipient d’eau et laissez- les égoutter.

La mise en place

Utilisez un mortier bâtard à parts égales de chaux et de ciment, ou bien un mortier de chaux. Évitez les mortiers dé ciment qui manquent de souplesse.

• Les briques se posent « à bain soufflant de mortier », cela signifie qu’il doit y avoir une couche suffisante de mortier pour qu’il reflue de tous côtés, en remontant dans le joint vertical.

• Étalez une couche de mortier sur la semelle de fondation.

• Posez la première brique en l’enfonçant légèrement à l’aide du manche de la truelle. La face supérieure de cette première brique doit être au niveau du cordeau.

• Alignez les autres briques de la rangée sur la première.

• Vérifiez fréquemment l’horizontalité de la rangée à l’aide du niveau à bulles. Corrigez la position des briques par de petits coups de massette.

• Pour réaliser des joints réguliers, vous pouvez utiliser des petites cales d’écartement découpées dans un t asseau.

• Étalez ensuite du mortier sur la première rangée, et procédez à la pose de la seconde rangée.

• Comblez les joints verticaux au fur et à  mesure, avec le bout de la truelle.

• Lorsque vous montez le mur, contrôlez en permanence la verticalité de l’ensemble à l’aide du fil à plomb ou au niveau à bulles. Les coupes Les joints étant alternés, il est nécessaire de couper les briques d’extrémité. Il s’agit généralement de coupes par le milieu.

• Tracez le trait de coupe à la craie et à l’aide du ciseau de briqueteur, creusez une entaille sur tout le pourtour.

• Frappez à petits coups jusqu’à ce que la brique casse net. Vous pouvez aussi procéder avec la massette et le ciseau de briqueteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *